L'HISTOIRE DU TUNNEL SOUS LA MANCHE

Publié le par Atelier de Lingua Francesa


Image:Course Channeltunnel fr.svg
1751

Premier projet de tunnel de Desmarets
En réponse au concours de l’Académie d’Amiens, qui se base sur l’amélioration des moyens de communication entre l’Angleterre et la France, l’ingénieur Nicolas Desmarets suggère la construction d’un tunnel. C’est lui qui obtient le premier prix. L’idée germera ensuite lentement dans les esprits des ingénieurs. On proposera divers projets de tunnel, sous forme de voûte, de tubes métalliques, de construction en béton ou encore de pont mobile. Finalement, les tout premiers travaux seront entrepris en 1876 et c’est l’idée d’une voie ferrée sous-marine qui sera retenue.


1868

Création du Channel Tunnel Committee

L’idée d’un tunnel reliant la France à l’Angleterre a germé dans les esprits depuis quelques années. Plusieurs ingénieurs réfléchissent déjà aux plans et aux techniques de constructions nécessaires. Pour concrétiser le projet, le "Channel Tunnel Committee" est fondé grâce aux financements français des Rothschild et britannique de Richard Grosvenor et Michel Chevalier.

1875

Concession pour le tunnel

Une concession de 99 ans est accordée à une société française pour la construction du chemin de fer sous-marin entre la France et l’Angleterre. Les études géologiques et d’ingénierie sont entreprises plus sérieusement, afin de mener à bien le projet. Elles montrent que le tunnel doit être construit dans la couche de craie bleue qui se prolonge sous la mer et s’étend continuellement entre les deux pays. Les premiers travaux de forage auront lieu dès l’automne 1876, à Sangatte. Toutefois, ils seront tous interrompus au début des années 1880, en Angleterre puis en France.

 

1882

Arrêt des travaux côté Grande-Bretagne

Les travaux du tunnel sous la Manche commencés en 1876 sont interrompus en Grande-Bretagne. La France fera de même l’année suivante, les causes étant alors militaires. En effet, les avantages commerciaux et financiers que représente le tunnel ne suffisent pas à faire oublier le risque militaire qu’il implique

 

1972

Le GTM signe une première convention

Le Groupe du Tunnel sous la Manche (GTM) signe une première convention avec les deux gouvernements pour entreprendre la construction du tunnel. Elle détermine le calendrier des travaux ainsi que les aspects financiers. Depuis les années 1960, c’est la solution du GETM, Groupement d’études du tunnel sous la Manche, qui est retenue. Il s’agit alors de creuser trois tunnels : deux ferroviaires et un pour le service. La convention n°2 sera signée l’année suivante, complétant les accords financiers du premier. La date de fin des travaux est conclue pour 1980.

 

1975

Nouvel arrêt des travaux

Le gouvernement britannique vient de décider d’abandonner le projet de construction du tunnel sous la Manche. Entrepris deux ans plus tôt, les travaux sont interrompus. Le gouvernement de Harold Wilson place les raisons économiques, sans doute liées à la crise pétrolière, au premier plan. Les galeries sont envahies par les eaux.

 

1986

La Transmanche Link, maître d’œuvre du tunnel

Depuis 1984, les gouvernements français et britannique ont repris l’idée de la construction du tunnel sous la Manche. Après avoir lancé un appel d’offre aux promoteurs privés, ils portent leur choix sur le projet Eurotunnel, reprenant le principe du groupement d’études du tunnel sous la Manche (GETM). Celui-ci avait préconisé la construction de deux tunnels destinés au chemin de fer et d’un autre central pour la maintenance et la sécurité. C’est la Transmanche Link (TML), qui rassemble cinq entreprises britanniques et cinq entreprises françaises qui est chargée des travaux.


Image:Channel Tunnel geological profile 1 fr.svg
 





1986

Fondation d’Eurotunnel

Le groupe Eurotunnel est constitué et détient la concession du tunnel sous la Manche pour une durée de 55 ans. Il peut donc en assumer l’exploitation pendant toute cette période. C’est lui qui mettra en vigueur les tarifications d’accès au tunnel pour les différentes compagnies ferroviaires qui l’empruntent. L’année suivante, Eurotunnel entre en bourse. Le groupe verra sa concession rallongée de dix ans en 1993, puis passée à 99 ans en 1999.


Coupe schématique du tunnel au niveau des rameaux de communications (tous les 375 m).

1987

Mitterrand et Thatcher donnent le départ du tunnel sous la Manche.

Après avoir choisi le projet de tunnel ferroviaire et mis en place tous les moyens nécessaires à sa réalisation, François Mitterrand et Margaret Thatcher signent le traité franco-britannique autorisant sa construction. C’est en fait le point de départ des travaux qui commencent dans la foulée.

Premier forage pour le tunnel sous la Manche

Le creusement du tunnel sous la Manche débute en Angleterre, avec le forage de Shakespeare Cliff. En France, ils débuteront au mois de février suivant. Amorcés en automne, ces travaux prendront en fait du retard rapidement.

 

1990
La première jonction entre Français et Britanniques est opérée sous la Manche.

Les derniers centimètres sont programmés le 1er décembre à midi et la poignée de main des foreurs se fait sous l’œil des caméras pour être retransmise en direct. L’événement se fait dans un tunnel de service à 15,6 km de la France et 22,3 km de l'Angleterre.

 

1994

Inauguration du tunnel sous la Manche

L'Angleterre n'est plus tout à fait une île : la reine Elizabeth II et le président François Mitterrand inaugurent les 3 galeries de 50 kilomètres qui relient Calais à Folkestone. En 1986, le groupe privé franco-britannique Eurotunnel obtient une concession de 55 ans pour exploiter le tunnel. L'ouvrage coûtera près de 100 milliards de francs. Le premier projet de tunnel sous la Manche datait de 1751 avec les plans de l'ingénieur Nicolas Desmarets.

 

L'Eurostar prend du service

Le trafic dans le tunnel sous la Manche est ouvert aux TGV Eurostar. Ils permettent de rallier le centre de Paris au centre de Londres en trois heures. La liaison Bruxelles-Londres est plus rapide: 2h40. Construit avec les compagnies ferroviaires belge (SNCB), française (SNCF) et anglaise (BR); l'Eurostar est le premier train véritablement européen. Il peut accueillir 766 passagers et compter 24 départs pour jours depuis Paris.
Sa longueur est de 50,450 km.

Publié dans cultural e sport

Commenter cet article